Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Vidéos APHG 59-62

Publié par David NOËL

Missouri.jpgAprès le Yamato et le Tirpitz, j'ai reçu aujourd'hui le Missouri, le second cuirassé de la Seconde Guerre Mondiale sorti chez Forces of Valor à l'échelle 1/700 et donc le troisième de ma collection. Le Missouri est un des quatre cuirassés de la classe Iowa construits pendant la Seconde Guerre mondiale et un des plus grands navires de guerre de l'époque. Chez Forces of Valor, il existe en deux versions, à la même échelle, une première version de 1945, au moment de la capitulation du Japon et une deuxième version qui vient de sorir où le bateau est représenté dans sa version de 1944, lorsqu'il stationnait sur la côte Est.

Comme le Tirpitz, je l'ai commandé en ligne sur le site de Francis-miniatures.

Après l'avoir déballé, je l'ai exposé dans ma vitrine avec le Yamato et le Tirpitz. Je ne pense pas acheter la deuxième version du Missouri, j'hésite à dépenser de l'argent pour un doublon. Forces of Valor a aussi sorti deux versions du Bismarck, mais à l'échelle 1/1000 que je ne pense pas acheter. Par contre, s'ils sortent un nouveau navire à l'échelle 1/700, je l'achèterai sûrement.



Les cuirassés de la classe Iowa

La classe Iowa est une série de cuirassés construits pour l'US Navy durant la Seconde Guerre mondiale comportant quatre unités (six commandées initialement). Ces navires furent engagées dans les campagnes du Pacifique. Ce fut à bord de l'un d'entre eux, l'USS Missouri, que fut signée la capitulation du Japon mettant fin à la Seconde Guerre mondiale. Ils servirent durant les guerres de Corée et du Vietman. Désarmés, ils furent modernisés et remis en service au milieu des années 1980 dans le cadre du plan pour une marine de 600 navires lancé sous la présidence Reagan. Ils seront engagés une dernière fois au Liban et dans la Première guerre du Golfe de 1990. Ils ont depuis été mis dans la réserve car ils nécessitaient trop de personnel. En mars 2006, ils ont été rayés des cadres de la flotte.

Les Iowa ont été construits dans un laps de temps très court ; ils sont les derniers représentants de la catégorie des cuirassés, bien que le navire anglais HMS Vangard soit entré en service plus tard. Dès leur mise en service, ces navires étaient devenus obsolètes, les batailles navales à coup de canon étant remplacées par les attaques aériennes menées depuis des porte-avions. Les gros canons dont ils étaient dotés furent malgré tout utiles pour appuyer les nombreuses opérations amphibies menées par les États-Unis durant la guerre du Pacifique puis dans les conflits suivants pour des bombardements côtiers. Vers la fin de leur carrière, les Iowa ont été reconvertis en tant que plate-forme de lancement de missiles visant des cibles terrestres.

Conception et construction

La conception de la classe Iowa démarra début 1938 : il s'agissait de construire des vaisseaux rapides capables d'escorter les porte-avions. Les Iowa purent être conçus pratiquement sans limitation de tonnage et d'armement. Les limites fixées à 35 000 tonnes par le traité de Washington et la conférence de Londres étaient, à l'époque, toujours en vigueur sur le papier, mais, en pratique, n'étaient plus respectées. Le tonnage officiel est de 45 000 t mais en réalité il approche les 57 000 t.

La classe Iowa fut conçue à partir de la coque des cuirassés de la classe South-Dakota qui l'avait précédé ; une étude avait en effet démontré que cette coque une fois allongée pouvait atteindre les 33 nœuds souhaités. Les Iowa devaient initialement recevoir le même armement principal que les South Dakota, c'est-à-dire des pièces de 406 mm Mark VII de calibre 45. Toutefois, pour pouvoir faire jeu égal avec les canons des cuirassés de la classe Yamato, il fut décidé d'installer la nouvelle pièce Mark VII de calibre 50, qui pouvait tirer des projectiles de même diamètre mais plus lourds. On ne put par contre renforcer le blindage de manière à égaler l'épaisseur du blindage des cuirassés japonais, car cela aurait réduit la vitesse. Le plan de construction fut figé en 1939 : les trois premiers navires devaient être construits le plus rapidement possible tandis que la livraison des trois suivants était retardée pour leur permettre de recevoir la tourelle Mark VII. La priorité, à l'époque, était donnée à la vitesse sur l'armement. Le financement fut approuvé dans le cadre des budgets 1940 et 1941, il était prévu une enveloppe de 125 millions de dollars par navire qui fut approuvée par le Congrès américain, mais qui ne fut finalement pas complètement utilisée.

Les navires de la classe Iowa furent construits dans 3 chantiers navals : les BB-61 et BB-63 dans le chantier naval de la Navy à Brooklyn, dans l’État de New York, les BB-62, BB-64 et BB-65 dans le chantier naval de la Navy à Philadelphie, Pennsylvanie. La dernière unité, le BB-66, était construit au chantier naval de Norfolk, à Portsmouth en Virginie. Les BB-65 et BB-66 ne furent jamais achevés. Il s'écoula, pour les 4 navires achevés, de 2 à 3 ans entre la pose de la quille et le lancement, délai auquel il faut ajouter les 4 à 5 mois passés à quai pour achever l'armement des navires.

Comme il est de tradition dans l'US Navy, les six unités prévues reçurent toutes le nom d'un État des États-Unis. Les Iowa servirent durant la Seconde Guerre mondiale, la guerre de Corée, la guerre du Vietnam (une seule unité) et la deuxième guerre du Golfe (deux unités). En temps de paix, les unités étaient mises en réserve à cause des coûts élevés du personnel nécessaire pour entretenir le navire et maintenir en état de fonctionnement son artillerie lourde.

L'USS Missouri fut mis sur cale le 6 janvier 1941 et mis en service le 11 juin 1944. Durant la Seconde Guerre mondiale, il prit part, entre autres, à la bataille d'Iwo Jima et bombarda, peu de temps avant la fin de la guerre, les installations industrielles d'Hichiti au Japon.

Le Missouri ne fut pas le plus gros cuirassé de la guerre, puisque son tonnage de 58 000 t en charge était dépassé par celui du Yamato (72 000 tonnes à pleine charge).

Ses états de service sont impressionnants puisqu'en sa qualité de navire amiral de la troisième flotte américaine, c'est à son bord que furent signés les actes de capitulation du Japon le 2 septembre 1945 dans la baie de Tokyo, qui mettent officiellement fin à la Seconde Guerre mondiale, par Mamoru Shigemitsu en présence de l'amiral Chester Nimitz et du général des armées Douglas MacArthur.

Le choix de cet énorme bâtiment s'était avéré nécessaire compte tenu de la concentration des personnalités plénipotentiaires le jour de la signature, alors que l'USS Missouri mouillait dans les eaux de la baie de Tokyo. Les mesures de sécurité étaient maximales pour garantir une capitulation sans anicroche.

Un destroyer amena chacune des parties prenantes à bord depuis le port de Tokyo.

Lorsque la délégation japonaise quitta le navire après la signature, une démonstration de force aérienne avait été prévue, survolant le navire et passant dans la baie vers Tokyo. Elle comprenait des avions divers, en nombre important et en formations compactes, dont des B-29 Superforteress chargées de 8 000 tonnes de bombes chargées préventivement.

Pour la population du monde, la guerre s'était achevée successivement lors du jour V-E, Victory in Europe, puis du jour V-J, Victory over Japan.

En 1950, le Missouri participa au bombardement des côtes de la Corée puis fut retiré du service en 1955. En 1986, il fut réactivé une première fois et participa en 1991 à l'opération Desert Storm durant laquelle il utilisa son artillerie mais lança également des missiles. Le Missouri fut mis en réserve en 1995 puis rayé des cadres de la flotte la même année. Aujourd'hui, il est transformé en bateau musée à Pearl Harbor, Hawaï. Le Missouri est resté en tout 16 ans et 4 mois en service actif. Le cuirassé USS Missouri, troisième du nom (numéro de coque BB-63 dans l'US Navy), fut surnommé « Mighty Mo » ou « Big Mo ».

Commenter cet article