Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Vidéos APHG 59-62

Publié par David NOËL

Lenine-collection-Fayard-Nouvel-Observateur.jpgJe passe des vacances... léninistes. Le 8 décembre dernier, en allant sur Tourcoing pour la réunion de bureau de la régionale Nord-Pas-de-Calais de l'APHG, je me suis arrêté à la gare Lille Flandres et sur le présentoir, j'ai vu une biographie de Lénine que j'ai achetée.

En fait, c'est l'hebdomadaire Le Nouvel Observateur qui publie en partenariat avec les éditions Fayard une série de dix biographies des "Géants du XXe siècle". J'avais déjà vu ça, mais je ne les avais pas achetées. Certaines biographies, comme le Churchill de François Bédarida, le Clémenceau de Jean-Baptiste Duroselle ou le Franklin Roosevelt d'André Kaspi sont des bios de référence. Je suis plus sceptique sur le De Gaulle d'Alain Peyrefitte ou le Gandhi de Jacques Attali...

Bref, j'avais devant moi le Lénine d'Hélène Carrère d'Encausse qui est une bio de référence du chef bolchevik et je l'ai achetée. Le Nouvel Obs a bien fait les choses, il n'y a pas à dire, le packaging du livre est impeccable, l'ensemble des dix biographies doit bien rendre dans une bibliothèque... Une fois le livre ouvert, ce que j'ai aussitôt fait dans le métro, puis, à mon retour de Tourcoing, dans le train, les choses se corsent : la préface de Laurent Joffrin est dure à avaler, le patron du Nouvel Obs, plus militant politique social-libéral qu'autre chose, donne libre cours à sa détestation de Lénine, du marxisme et de l'idée même de révolution.

Une fois passée la préface, on entre dans le vif du sujet avec la biographie de Lénine d'Hélène Carrère d'Encausse, réédition de son Lénine paru en 1998 chez Fayard. Si Hélène Carrère d'Encausse souligne à de multiples reprises la force de travail de Lénine, sa volonté inébranlable, sa capacité d'analyse politique et d'adaptation, sa biographie est une biographie assez critique. Sous la plume de l'académicienne spécialiste de la Russie, on apprend que la police politique tsariste, l'Okhrana, n'était pas si redoutable que cela et que Lénine et Nadejda Kroupskaïa, exilés en Sibérie ont vécu un exil tranquille propice aux lectures et aux activités physiques. Hélène Carrère d'Encausse montre aussi un Lénine révolutionnaire professionnel, mais dépendant de la mère de Kroupskaïa pour tout le travail domestique. Elle revient sur la liaison de Lénine et d'Inessa Armand. Les débats opposant Lénine aux S-R et aux mencheviks sont replacés dans leur contexte et Lénine apparaît au fil du livre comme un chef politique sectaire et autoritaire, contrôlant d'une main de fer son parti.

Lenine-Jean-Jacques-Marie.jpgHélène Carrère d'Encausse consacre un chapitre à la recomposition de l'URSS après la guerre civile et à la question nationale, qui intéressait beaucoup Lénine. Trente ans avant les décolonisations, Lénine a pressenti les potentialités révolutionnaires qui existaient dans les colonies européennes. Staline apparaît comme un fidèle de Lénine et ce n'est qu'à partir de son accession au secrétariat général du parti en 1922 que Staline joue sa carte personnelle mais même sur la question nationale et le problème géorgien, Hélène Carrère d'Encausse voit plus de points communs que de divergences entre la pensée de Lénine et celle de Staline.

Pour contrebalancer cette biographie critique dans la conclusion de laquelle Hélène Carrère d'Encausse fait de Staline le continuateur de Lénine et de son système répressif, j'ai commandé sur Amazon la biographie de Lénine par l'historien Jean-Jacques Marie, auteur d'une biographie de Staline parue en 2003 chez Fayard et d'une biographie de Trotsky parue chez Payot en 2006. Sa biographie de Lénine intitulée Lénine, la révolution permanente (un clin d'oeil à Trotsky) est parue chez Payot en octobre 2011 et complète une première biographie de Lénine parue chez Balland en 2004. J'ai commencé la lecture de cette biographie beaucoup plus favorable à Lénine. Par exemple, Jean-Jacques Marie conteste que Lénine et le parti bolchevik aient bénéficié de subsides allemands ; les témoignages qui en parlent sont sujets à caution et les "preuves" avancées par les historiens qui ont repris cette thèse seraient des faux fabriqués par des ennemis de Lénine. En introduction et en conclusion, Jean-Jacques Marie fait le parallèle avec la crise financière d'aujourd'hui ; à son époque, Lénine, lui, avait refusé de rembourser la dette. Rejeté par l'historiographie dominante, Lénine a un bel avenir devant lui, conclut Jean-Jacques Marie, convaincu que l'histoire bégaie...

Commenter cet article