Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Vidéos APHG 59-62

Publié par David Noël

Gentille initiative hier, à 16h, de A....... et S....., deux de mes élèves de 4ème qui sont passées devant la porte de ma salle de classe pendant l'interclasse et m'ont souhaité : "Bonne Saint-Valentin, Monsieur !"

Je les ai remerciées et elles se sont dépêchées de filer en cours, mais la scène était plutôt cocasse. C'est la première fois que des élèves me souhaitent la Saint-Valentin...

Le problème, c'est que je n'ai personne en ce moment, mais ça, évidemment, elles ne pouvaient pas le savoir et puis, c'est l'intention qui compte.

Alors, A....... et S....., si vous me lisez, je vous remercie toutes les deux et je vous souhaite une bonne Saint-Valentin. En cadeau, je vous reproduis ci-dessous un article tiré de l'encyclopédie wikipedia sur les origines antiques et médiévales de la Saint-Valentin.

Bonne lecture !



L’association du milieu du mois de février avec l’amour et la fertilité date de l’antiquité. Dans le calendrier de l’Athènes antique, la période de mi-janvier à mi-février était le mois de Gamélion, consacré au mariage sacré de Zeus et de Héra.

Dans la Rome antique, le jour du 15 février était nommé les lupercales ou festival de Lupercus, le dieu de la fertilité, que l’on représente vêtu de peaux de chèvre. Les prêtres de Lupercus sacrifiaient des chèvres au dieu et, après avoir bu du vin, ils couraient dans les rues de Rome à moitié nus et touchaient les passants en tenant des morceaux de peau de chèvre à la main. Les jeunes femmes s’approchaient volontiers, car être touchée ainsi était censé rendre fertile et faciliter l’accouchement. Cette solennité païenne honorait Junon, déesse romaine des femmes et du mariage, ainsi que Pan, le dieu de la nature.

Au moins trois saints différents sont nommés Valentin, tous trois martyrs. Leur fête a été fixée le 14 février par décret du pape Gelase Ier, aux alentours de 498. C’est à cette date qu’ils sont mentionnés dans les premiers martyrologes :

- Valentin de Rome, un prêtre qui a souffert le martyre sous l'empereur Claude II le Gothique. On ne sait quasiment rien sur lui.

D'après la Légende dorée de Jacques de Voragine, Valentin avait réussi à séduire par ses propos l'Empereur Claude. Un gouverneur, voyant cela, complota et « le cœur de Claude fut changé ». Valentin fut alors arrêté et confié à la garde d'un magistrat. Mais le saint rendit la vue à la fille de ce dernier et convertit toute sa maison. L'Empereur le fit alors décapiter.

Une autre version de l'histoire de Valentin raconte que, en ce temps-là, l'empereur avait énoncé l'interdiction du mariage pour envoyer plus de jeunes hommes au combat dans l'armée. Or Valentin, un prêtre, mariait en secret de jeunes mariés. En l'apprenant, l'Empereur l'aurait torturé et fait exécuter.

Le Pape Jules Ier construisit une église en son honneur sur la via Flaminia, où il avait été inhumé, et où ses reliques furent placées au VIIe siècle avant d'être transférées à l'église Sainte-Praxède au XIIIe siècle. A cause du peu de données disponibles le concernant, d'autres Valentin furent associés à sa fête, le 14 février.

- Valentin de Terni, un évêque d’Interamma (le Terni moderne), qui a également souffert le martyre dans la deuxième moitié du IIIe siècle sous le règne de l'Empereur Claude II le Gothique et qui a également été enterré sur la Via Flaminia.

Il était connu de son temps pour conseiller les jeunes amoureux, il est dit qu'une fois les jeunes hommes assurés par les paroles de Valentin, celui-ci donnait, en guise d'offrande, une fleur de son jardin au prétendant, lequel s'empressait de rejoindre sa dulcinée pour la lui offrir.

L'Empereur Claude II le Cruel eut vent des consultations de Valentin. L'époque fut religieusement en pleine mutation, Claude n'aimait en rien la chrétienté et ordonna que Valentin soit arrêté, ce qui fut fait.

Valentin qui refusa de se soumettre à la volonté de l'Empereur, fut donc mis à la geôle. Et c'est dans cette période de sa vie qu'il rencontra la fille de son geôlier, laquelle s'appelait Julia et était aveugle de naissance. Durant sa captivité, Valentin entretint des relations amicales avec Julia. Celle-ci, étant donné sa cécité, avait demandé à Valentin la description du monde. Julia, par amour envers Valentin, lui apporta à manger jusqu'au jour où, est il dit, un miracle se produisit durant un soir.

Certains témoins auraient dit avoir aperçu une vive et forte lumière par la fenêtre de sa cellule, Julia venait de trouver enfin la vue ! Ses paroles furent: « Maintenant je vois! Je vois le monde tel que vous me l'avez décrit ! »

Ce grand événement parvint jusqu'aux oreilles de Claude II le Cruel, lequel n'apprécia pas ce genre d'histoire et ordonna sur le champ l'exécution de Valentin. Le jour de son exécution, il fut roué de coups par les légionnaires romains et fut décapité sur la via Flaminia, le 14 février 269.

Et c'est depuis ce jour que toute la famille de Julia se convertit au christianisme pour honorer la mémoire de Valentin. Il est dit que Julia planta, près de la tombe de Valentin, un amandier et cet arbre fut depuis ce jour, un symbole de l'amour.

Saint Valentin devint très populaire en Allemagne. Les pèlerins allemands, arrivant à Rome par la via Flaminia, avait pris l'habitude de faire une halte dans l'église Saint-Valentin. La ressemblance sonore du nom de Valentin et du verbe allemand "fallen" (tomber) avait valu au saint la réputation de guérir les blessures de ceux qui avaient fait une mauvaise chute.

- Un martyr en Afrique du Nord, dont nous savons peu de choses.

Le rapprochement entre la Saint-Valentin et l’amour courtois n’est mentionné dans aucune histoire ancienne et est considéré par des historiens comme une légende. Il existe une légende selon laquelle la fête de la Saint-Valentin a été créée pour contrecarrer la pratique des lupercales par les jeunes amoureux qui dessinaient leurs noms sur une urne, mais cette pratique n’est citée dans aucune source écrite de l’époque.

Le jour de la Saint-Valentin a longtemps été célébré comme étant la fête des célibataires et non des couples. Le jour de la fête, les jeunes filles célibataires se dispersaient aux alentours de leur village et se cachaient en attendant que les jeunes garçons célibataires les trouvent. À l’issue de ce cache-cache géant, les couples formés étaient amenés à se marier dans l’année. Ceci permettait de développer la démographie et stimuler l’expansion des villages.
Cette pratique laissait libre cours à beaucoup de tricheries de la part de couples officieux ainsi que des hommes qui visaient une jeune fille en particulier et notamment « la plus belle du village », très courtisée.

La première mention du jour de la Saint-Valentin avec une connotation amoureuse remonte au XIVe siècle en Angleterre et en France, où l’on croyait que le 14 février était le jour où les oiseaux s'accouplaient (lire entre autre « La Dame à la licorne »). Cette croyance est mentionnée dans les écrits de Geoffrey Chaucer au XIVe siècle. Il était courant durant cette période que les amoureux échangent des billets et qu’ils s’appellent chacun leur Valentin. Un de ces billets du XIVe siècle se trouverait à la British Library. Il est probable que nombre de légendes sur la Saint-Valentin aient été inventées pendant cette période.

Au début du XVe siècle, l’œuvre de Charles d’Orléans comporte plusieurs poèmes dédiés à la Saint-Valentin.

Source : article Saint-Valentin de l'encyclopédie libre wikipedia

Commenter cet article