Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Vidéos APHG 59-62

Publié par David Noël

Cours d'histoire sur le monde grec en classe de 6ème cette après-midi avec une partie que les élèves apprécient particulièrement, sur la religion grecque.

C'est l'occasion de raconter plein d'épisodes de la mythologie et de se tailler un franc succès. Là-dessus, les élèves de 6ème sont géniaux, ils adorent, ils sont émerveillés, ils sont insatiables, ils veulent toujours de nouvelles légendes. Je prends mon pied.

Me voilà donc vendredi après-midi devant mes classes de 6ème à expliquer en quoi les mythes grecs expliquent le monde en répondant aux grands questionnements que se posaient les Grecs de l'Antiquité ? D'où vient la civilisation ? D'où vient le mal ?

J'ai donc raconté - à ma manière, bien sûr ! - à mes élèves comment Épiméthée (dont le nom signifie "qui réfléchit après") distribua aux animaux tout un lot de qualités : force, rapidité, ailes, crocs, griffes ou défenses...

L'ennui est qu'Épiméthée travaillait sans réfléchir. Avant même qu'il ait pourvu les hommes de quelque attribut que ce soit, voilà sa réserve entièrement vide. Que faire ?  Pouvait-on décemment laisser les hommes ainsi nus et désarmés ?  Impossible, ils seraient morts à coup sûr et mes élèves et moi ne serions pas là pour en parler !

Afin de sauver les hommes de leur dénuement avant que n'arrive l'heure où ils devaient voir la lumière du jour, Prométhée décida de les aider. Il leur obtint la meilleure part des sacrifices, leur fit don du feu et leur enseigna l'ensemble du savoir qui fonde une civilisation.

Quand je raconte cette histoire, je prends toujours à partie mes élèves :

- Donc, il donne aux animaux plein d'armes pour se protéger, plein de qualités et Epiméthée se félicite d'avoir bien bossé. Alors, Prométhée rentre et il lui demande : "Et les hommes ? Qu'est-ce que tu leur as donné ?" Et Epiméthée répond : "Ah, merde !"
- Il a vraiment dit ça, Monsieur ?
- Mais non, mais c'est pour illustrer, pour que vous compreniez ! Donc, Epiméthée répond "Zut, les hommes, j'ai complètement oublié les hommes !" Enfin, regardez-vous ! On n'a pas de corne, pas de défenses, pas de griffes ni de crocs, pas de poils ! Il avait complètement oublié les hommes !


En même temps, qu'est-ce qu'on aurait fait avec des cornes ? On aurait pas eu l'air con... Mais ceci est un autre débat. A ce stade, j'ai généralement un élève qui me sort :

- Euh, pas de poil, Monsieur, ça dépend qui, parce que moi, je connais untel, il est plein de poils ! Ah ah ah !!!

En fait, ce n'est pas très drôle, mais les élèves sont à fond dedans et ils comprennent ce que je veux leur expliquer : le mythe de Prométhée explique pourquoi les hommes sont comme ils sont et pourquoi ils sont à la fois les plus faibles, les plus désarmés et en même temps les plus ingénieux des animaux.

Ensuite, je raconte la vengeance des dieux, à savoir, l'histoire de la boîte de Pandore. Evidemment, c'est l'occasion d'être bien mysogine pour que les filles lancent des "Oh" effarés et des "Ah, non, c'est pas vrai !"

- Donc, les garçons, les dieux décident de se venger et alors, ils nous envoient quelque chose de catastrophique, ils nous envoient la première femme, Pandore ! C'est à cause des dieux si les filles sont là ! Pfff...

J'ai expliqué en quelques mots comment Pandore est créée sur l'ordre de Zeus qui voulait se venger des hommes pour le vol du feu par Prométhée. Fabriquée dans de l'argile par Héphaïstos, Pandore reçoit de multiples dons afin de séduire les hommes : Athéna lui donne la vie, lui apprend l'habileté manuelle (notamment l'art du tissage) et l'aide à s'habiller ; Aphrodite lui donne la beauté ; Apollon lui donne le talent musical et Hermès lui apprend le mensonge et l'art de la persuasion.

La suite de l'histoire est connue : Zeus offrit la main de Pandore à Épiméthée, frère de Prométhée. Bien qu'il eût promis à Prométhée de refuser les cadeaux venant de Zeus, Épiméthée accepta Pandore. Pandore apporta dans ses bagages une jarre mystérieuse contenant tous les maux de l'humanité, notamment la Vieillesse, la Maladie, la Guerre, la Famine, la Misère, la Folie, le Vice, la Tromperie et la Passion, ainsi que l'Espérance, qu'il lui fut interdit d'ouvrir.

Une fois installée comme épouse, elle céda à la curiosité et ouvrit la boîte : elle libéra ainsi les maux qu'elle contenait. Elle referma la boîte trop tard pour les retenir, et seule l'Espérance, plus lente à réagir, y resta enfermée. C'est ainsi que l'on explique que même si l'être humain est frappé par de nombreux maux, il ne perd jamais espoir.

- Alors, vous voyez, les garçons, c'est à cause des filles, tout le malheur du monde ! Mais heureusement, il nous reste l'espoir !

Effet garanti quand je raconte avec humour ce type de légendes et d'ailleurs, j'ai parfois quelques éclats de rire... Eh oui, je fais le clown, mais en même temps, je crois que ça permet de faire passer l'essentiel. La semaine prochaine, je leur fais la guerre de Troie. Je vais encore me marrer... 

Commenter cet article

sartan83 19/01/2009 18:03

Là, même le commentaire est drôle !... Mais je suis assez d'accord. Je n'ai jamais eu de prof capable de me faire apprécier l'histoire, je pense que ce cours m'aurait plu.

cyril 17/01/2009 21:45

franchement si j aure un prof com toi j aure mieu apprecie se cour