Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Vidéos APHG 59-62

Publié par David Noël

Suite et fin du cours sur les Hébreux, le peuple de la Bible, cet après-midi avec mes deux classes de 6ème.

Le cours s'achève par la chute du Temple de Jérusalem et la naissance du judaïsme rabbinique. J'explique aux élèves que c'est après la chute du Temple que le judaïsme se réorganise sous l'impulsion des rabbins pharisiens et se sépare des premières communautés chrétiennes.

Enfin, je présente un panorama des principales pratiques juives destiné à montrer l'actualité du judaïsme. Parmi ces pratiques figure le repos du sabbat, les interdits alimentaires et la circoncision.

Et là, c'est le hic. Comment parler de la circoncision à des élèves de 11 ans sans déclencher aussitôt des fous rires incontrôlables ?

Premier test à 14h avec ma classe de 6ème C et première crise de fous rires lorsque j'explique doctement où est situé le prépuce et en quoi consiste la circoncision. C...., au premier rang avait du mal à cacher son hilarité et hypocritement, lançait à ses camarades derrière :

- Mais arrêtez de rigoler, c'est pas drôle, c'est la nature. C'est sérieux.

Je voyais bien qu'elle n'en pensait pas un mot...

Nouvelle tentative, une heure plus tard, en classe de 6ème A. En rentrant en classe, la petite P...... me dit :

- Monsieur, l'heure d'avant, on était dans la classe à côté, on a entendu vos élèves rigoler, ils nous ont dit à la récréation ce que vous leur avez expliqué, vous allez aussi nous le raconter ?

Il était évident que la circoncision allait aussi les faire rire, sauf si... D'un seul coup, une idée lumineuse m'a traversé l'esprit : il fallait jouer sur leur esprit de compétition, ça devait être eux contre les autres. Ils n'avaient qu'à me prouver leur sérieux ! J'ai rétorqué :

- Ah oui, mais vous, vous êtes des grands. Eux, ce sont encore des bébés, ils rigolent pour rien. Vous, je sais que vous n'allez pas rigoler !

 P...... m'a assuré que non. J'ai donc recommencé mon explication, vite interrompue par des rires et des exclamations :

Ah, non, monsieur, arrêtez de parler de ça, c'est dégoutant !

P...... était elle la première outrée ! J'ai quand même continué en essayant d'élever le débat :

- Ce qu'il faut bien comprendre, c'est que la circoncision, c'est le signe d'une alliance entre le croyant et son Dieu. On se sacrifie d'une partie de son corps en signe d'alliance avec Dieu. C'est quand même un signe très fort !

Mes explications avaient visiblement convaincu les élèves et le calme revenait dans la classe. Poussant mon avantage, j'ai conclu :

- C'est d'ailleurs ce qui fera le succès du christianisme. Jésus est juif, ses apôtres sont juifs. Jésus appelait de ses voeux un Royaume d'Israël débarrassé de la présence romaine. Après sa mort, ses disciples croient qu'il est réssuscité et disent que Jésus est le Messie d'Israël, le Christ, mais on ne les croit pas. La plupart des Juifs refusent de croire que Jésus est le Messie d'Israël. Alors, les chrétiens vont s'adresser aux non-juifs, aux Grecs, aux Romains. Et les Grecs et les Romains vont leur dire : "ok, votre nouvelle religion nous intéresse, mais qu'est-ce qu'il faut faire pour devenir chrétien ?". Et là, il va y avoir deux types de réactions : ceux qui vont leur répondre, pour être chrétien, il faut d'abord être juif, donc respecter... Allez-y !
- Pas manger de porc ?
- Oui, c'est ça, les interdits alimentaires !
- Moi, monsieur ! Le sabbat.
- Oui. Et puis enfin ?
- La circoncision ?

Cris dans la salle :

- Ah non, Monsieur, vous allez pas reparler de ça !
- Mais si, effectivement la circoncision ! Mettez-vous à la place d'un Grec ou d'un Romain, on lui dit que pour être chrétien, comme pour être juif, il faut se faire circoncire. Pour un homme adulte, il y a de quoi reculer, non ? Alors, il va y avoir une deuxième réponse des chrétiens, ça va être : "Pas besoin de circoncision, pour être chrétien, il suffit de croire que Jésus est le Messie, le fils de Dieu". Et là, le christianisme va attirer de nouveaux fidèles, mais en même temps, c'est là qu'il se sépare du judaïsme.


Voilà, j'ai expliqué ce qu'était la circoncision. Ah, ça n'a pas été sans mal, mais mission accomplie. Je plains les profs de SVT...

Commenter cet article